Un journaliste bien landais.

Raoul Bournigat stationnait sa vieille Renault 4L d'un autre âge, vert absinthe, sa boisson préférée, sur le parking de la compagnie. Tout en sifflotant l'air de « La pitchouri », vêtu très local, aux pieds espadrilles noires à moustaches, pantalon en jean bleu, polo Lacoste noir distendu un peu défraîchi, large béret béarnais enfoncé jusqu'aux oreilles, baise en ville sur l'épaule, il s'extirpa de son engin extra-terrestre avec quelques difficultés en raison d’un embonpoint sympathique. Il avait l'air d'un brave homme, un reporter heureux Bournigat, il faisait plaisir à voir.

Le bonhomme, la quarantaine bien sonnée, un mètre soixante cinq à tout casser, rondouillard, fine moustache noire, fervent adepte de la marche du journaliste, c'est-à-dire en canard, s'avançait tranquillement vers l'entrée du bâtiment. Morgan et Jauréguiberry observaient sa progression depuis la fenêtre de la salle de réunion. Jauréguiberry senti, malgré lui, comme une bouffée de chaleur lui monter à la tête. Sa rancœur envers Bournigat ne s'est jamais éteinte, il ne pouvait pas l'encadrer. Il murmura entre ses dents à l’intention de Morgan :

39 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un polar prochain...

Dans quelques jours sortira en librairie mon dernier polar, « Russe, rousse et rosse ». Mais pour patienter je vous propose quelques lignes d’un prochain, dans quelques mois, dont l’intrigue se déroul

VIVE LA MORT !

Louis Stein escalada quatre à quatre les marches du troisième étage du 36. Le big boss venait de lui passer un coup de bigot et le son de la voix du dirlo lui laissait redouter le pire. Elle était cla

Un virus à pédales bien meilleur que la Covid.

PROLOGUE Le départ de la deuxième étape allait être donné dans quelques secondes, Gaston gonflait les pectoraux, levait un peu la tête, juste derrière Egan Bernal porteur du Maillot Jaune, vainqueur