L'un sans l'autre.

Le soleil n’était plus qu’un point lumineux, rouge, rouge foncé, bourgogne, grenat, presque noir, il n’éclairait plus mais rayonnait encore, frissonnant comme un agonissant qui se bat et refuse la triste évidence. Les grands pins maritimes tendaient leurs bras démesurés et entouraient l’astre, l’enserraient, le dévoraient doucement, comme une gourmandise, à petites lippées délicates. La nuit chaude d’été glissait imperceptiblement sur la pinède, sans précipitation mais avec une redoutable et froide certitude.

Malgré la distance qui le séparait du point lumineux, l’homme crut distinguer une forme qui lui avait été familière. Il écarquilla davantage ses yeux clairs, malgré son âge il ne portait pas de lunettes mais cette luminosité, entre chien et loup maintenant, aujourd’hui le gênait. Il continua à avancer de ce pas caractéristique, cette démarche caractéristique, sûre et altière de l’homme qui sait, qui a toujours su et ne craint ni l’hiver, ni l’autre, ni l’après et se rit du temps qui reste. Pourtant son cœur se serrait un peu plus, il sentait comme un battement rapide et inhabituel dans sa poitrine, comme une préhension, une appréhension plutôt.

Il ne doutait pas une seconde de terminer ce parcours de golf le avant la nuit, pourtant sur ce dix-huitième trou il vacilla, lui le chêne inébranlable paradoxalement, sans savoir pourquoi chancelait alors qu’il touchait au but. Il se retourna vers l’autre qui marchait près de lui mais ne vit pas, trop loin, trop sombre, trop…peut-être trop seul. Cette forme derrière le drapeau, là où ce concentrait les dernières lueurs du jour, cette forme accaparait toute son attention, plus rien n’existait que cette forme.

Soudain, le temps s’arrêta, le vent s’arrêta, le bruit de l’océan s’arrêta, la vie s’arrêta. Il voulut courir vers le drapeau, traverser le green, mais il restait de pierre, immobile, impuissant, il se sentait comme en lévitation mais pétrifié. Il n’était plus qu’à quelques mètres de l’ombre, de la forme, de l’enfant. Maintenant il n’avait plus de doute, c’était lui, c’était celui qui lui avait manqué toute sa vie, c’était Guy. La même course fluide, le même mouvement, la passe croisée qu’ils avaient réussie des milliers de fois, le sourire espiègle, la mèche rebelle, son double ou sa moitié. Il ne parvenait pas à expliquer ce phénomène qui l’envahissait, peut-être la mort, cette lumière blanche, il revoyait le fil de sa vie, ses meilleurs moments. Le senior se dit qu’après tout ce n’était pas si désagréable et il préférait marquer son dernier essai sur le pré du golf que dans son lit.

- Mille dieux Dédé, mais qu’est-ce que tu fous, tu la fait cette approche, on n’a pas la lumière sur la voiturette et tu dois encore payer ta bière au club house.

A cet instant un deuxième gamin déboula de l’arrière green, il saisit la bechigue ovale que venait de lui vriller l’autre d’une chistera académique et filaient comme des voleurs en direction du camping Les Tourterelles.

L’homme fit le par, il venait de jouer cinq de mieux que son handicap et il empocherait sans doute la coupe du vainqueur. Ses compagnons de jeu replacèrent le drapeau et le félicitèrent dans la pénombre de cette fin de journée magnifique du mois d’août. Ils ne comprirent pas pourquoi deux grosses larmes coulaient sur la joue de ce golfeur émérite triste.

Le plus beau des parcours ne vaut pas une petite balade tranquille avec des êtres qui vous manquent. André avait payé très cher pour le savoir mais il n’avait jamais baissé les bras et sortirait encore quelques beaux swings de son sac de golf sur les beaux parcours du Sud-ouest, terre de rugby.

2 vues

Posts récents

Voir tout

Fins de mois difficiles ?

Les millions à l’Arlésienne. Sur la petite terrasse du bistrot « L’entrepote », après une belle journée de labeur, Marcel retrouve Maurice, comme tous les soirs : - Salut Marcel, dure journée on se le

 

0611652875

©2020 par Maxbarteam. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now